Revenir au site

Fermes modèles

Soutenir les paysans pionniers

À Udalo au nord de l’île de Mindoro aux Philippines, l’agriculture est l’activité principale et la première source de revenue. Au travers du projet « Model Farmer », initié fin 2018, ER accompagne des paysans locaux dans le développement de leur ferme en un modèle d’agroécologie. Nous travaillons ainsi avec des fermiers pionniers, passionnés et engagés, désireux d’apprendre et d’appliquer, sur leur ferme, des pratiques agroécologiques et permacoles. C’est un échange à double-sens, où ils mettent à contribution leur savoir-faire, leur connaissance intime du territoire, des végétaux, des sols et des techniques traditionnelles.

Oliver a été le premier paysan à s’allier avec nous dans le cadre du projet « Model Farmer », pour convertir sa ferme à un système plus durable écologiquement et économiquement viable. Ses connaissances et savoir-faire locaux, combinés l’expertise technique de notre équipe, a constitué un terreau fertile qui a porté des fruits dès la première année du projet.

Comme la plupart des Indigène Irayas, Oliver, mène un combat quotidien et silencieux pour faire vivre sa famille. Dans une zone où il existe peu d’activités et d’emplois alternatifs à l’agriculture, il doit parvenir à produire la nourriture pour sa famille de 8 enfants, et à dégager un minimum de revenus pour couvrir leurs autres besoins vitaux et d’éducation.

Dotés de connaissances ancestrales et de la capacité « à lire » les cycles et éléments naturels, les paysans d’Udalo sont aussi les héritiers des pratiques issues de « la révolution verte » des années 1960-80 et de l’introduction de semences hybrides et/ou « améliorées ». Si elles ont le potentiel de produire trois fois plus que les semences traditionnelles locales, elles sont aussi gourmandes en intrants chimiques (fertilisants, pesticides), que les paysans locaux ne peuvent se payer.

Maillon quasiment invisible en début de chaine d’approvisionnement, les petits producteurs comme Oliver sont victimes de l’instabilité des débouchés commerciaux et des dynamiques de marchés. Ils n’ont pas d’emprise ni de contrôle sur les prix de vente et les marges qu’ils perçoivent. Leurs revenus dérisoires les maintiennent dans une précarité économique et sociale. Leurs rendements bas et irréguliers sont affectés par des épisodes climatiques de plus en plus imprévisibles (typhons), qui détruisent des récoltes chaque année.

L’absence de débouchés locaux pour la vente de fruits et légumes les pousse à produire du charbon et de la copra (chaire de coco pour les industries d’huile) comme gagne-pain. Ainsi, ils sont désignés comme étant responsables de la déforestation et de l’érosion des sols.

Grâce à notre soutien technique et financier, avec l’aide de Roda, de Nemicio, de Sjors et d’Elsa, Oliver a re-designé sa ferme. Ces échanges et formations avec Sjors et Guillaume lui ont permis d’expérimenter, d’adapter et d’adopter des pratiques agroécologiques et permacoles telles que le paillage, l’établissement de haies et d’arbres fertilitaires, les engrais verts, le compostage, etc.

Enthousiaste, débrouillard et vif, Oliver a rapidement mis ces nouvelles découvertes en pratiques. Il a appris l’Anglais, et a enseigné des mots d’Irayas à nos volontaires occidentaux. Il est parvenu à augmenter ses revenus grâce à la vente de ses légumes. Aujourd’hui nous réfléchissons avec lui à la construction de débouchés alternatifs, afin qu’ils puissent mieux valoriser sa production.

Oliver nous a touché par son entrain, son engagement, par son désir d’échanger et d’apprendre mutuellement les uns des autres. Leader et fédérateur à Lukutan, son village, il échange à son tour avec ses paires et essaimes ses connaissances, ses retours d’expériences. Nous sommes heureux et fiers de compter Oliver parmi nous, et de constater le succès du transfert de connaissances horizontal, de pairs à pairs. Cela nous motive davantage pour la suite du projet : la formation de formateurs locaux, la mise en place de systèmes agroforestiers sur les terrains en pente, et l’inclusion d’autres futurs « Model Farmers ». Début Mars 2020 c’est Felicia, une agricultrice de Cabasingan, qui a rejoint le projet.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK